• Retour
  • A PROPOS DU TRAVAIL

    SUJET
    la perception publique et la crédibilité des messages publicitaires à Lubumbashi à travers un regard critique de l’image de l’artiste comédien MANSEBA.

    PROBLEMATIQUE
    La publicité pousse le consommateur à acheter plus ce qui lui en faut. On le remarquera, dans chaque publicité, la marque insiste sur les qualités de son produit, le vente, le transforme en quelque chose d’indispensable. La publicité conduit à la création de besoins secondaires, qui entraine la surconsommation, nocif pour le portefeuille du consommateur. Des techniques publicitaires, l’enfant en est la première victime. Il suffit de constater l’âge précoce auquel les enfants sont confrontés à la publicité à la télévision. Médiamat montre que « dès l’âge de quatre ans, l’enfant exposé en moyenne 3 heures par jour devant la télévision » . Rappelons-le, la télévision est le premier lieu où la publicité est la plus diffusée (68% des personnes interrogées d’après notre sondage réalisé sur un échantillon de 50 personnes l’affirment) . Les enfants sont la cible privilégiée des publicitaires : ils sont des prescripteurs d’achats, c’est-à-dire qu’ils orientent voire imposent la consommation familiale (prescription des produits qu’ils leur sont destinés tels que les jouets les friandises etc., informent les parents des nouvelles sorties dans des domaines dans lesquels ils ne sont pas forcément bien informé. Cela s’explique notamment par l’attitude des parents qui veulent faire plaisir à leurs enfants, compenser un manque, les enfants qui consacrent une grande partie de leur temps devant les médias et sont donc mieux informés dans certains domaines, une éducation davantage tournée vers la négociation… Les publicitaires le savent et n’hésitent pas recourir à différentes techniques pour séduire l’enfant consommateur et autres cibles. Les messages publicitaires dans lesquels MANSEBA apparait pose un problème. C’est le cas d’ailleurs de beaucoup de messages utilisant des comédiens Congolais. Le même comédien est utilisé dans la publicité de plusieurs produits. Il y a un problème de redondance, surtout lorsque ces messages se succèdent plusieurs fois dans la journée, au gré des plages publicitaires. Par ailleurs, il y a une sorte d’inadéquation entre le personnage interprété par le comédien est le produit concerné. Qu’un joueur de football vante les alités rafraichissantes d’une bouteille de coca bien fraise, passe encore. Mais qu’un comédien, notoirement peu instruit dans un domaine spécialisé, conseille la consommation d’un produit cosmétique, diététique, pour la santé, etc…C’est très peu crédible. Et à force de répéter cela, ça devient finalement de la comédie. Ce qui décrédibilise in fine le message. Ainsi nous nous posons les questions suivantes :  Comment le public lushois perçoit les messages publicitaires dans lesquels MANSEBA apparait ? Sont –ils crédibles ou pas ?  Qu’est ce qui fait que les annonceurs sollicitent de plus en plus les artistes comédiens pour la réalisation de leurs publicités ? Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de répondre à ces questions.

    HYPOTHESE
    Les hypothèses que nous avançons ne sont qu’une présomption ; ce sont des réponses provisoires aux questions de recherche dont on ne sait pas encore si elles sont fondées, ou contestables, mais au sujet duquel on croit. Nous posons que l’image de MANSEBA est bien perçue par le public lushois dans le sens où il incite ce public à consommer un tel produit. Mais dans une autre publicité, il revient avec le même type de produit cette fois, avec une autre maison et conseille le public sur le même ton, dans la même tenue, à utiliser ce produit. Ce qui perturbe la perception des messages. Chaque organisation commerciale poursuit toujours un objectif : celui réaliser et accroitre ses recettes. Pour atteindre ce, l’organisation adopte plusieurs stratégies pour atteindre et persuader son public cible. C’est ce qui justifie le recours aux célébrités, aux vedettes, telles que (les stars de musiques, les footballeurs, les personnalités, les journalistes, voire les artistes comédiens). Comme interprètes du message. Toutefois, le recours abusif aux vedettes et la redondance des messages dans lesquels ils évoluent finissent par provoquer des ‘’effets pervers’’

    RESUMER
    A l’issue de notre enquête sur L’étude critique et la crédibilité des messages publicitaires à Lubumbashi une vue critique de l’image de MANSEBA l nous avons constatés que les publicités télévisées perdent leurs audiences auprès des téléspectateurs La ville de Lubumbashi, car elles sont conçues par les artistes comédiens peu professionnels, qui ne connaissent pas l’éthique et la déontologique qui régissent ce domaine. A notre humble avis, la faute est partagée, car les annonceurs aussi, ont une part de responsabilité dans cette perte d’audience qui va conduire à la faillite de leurs entreprises. Les annonceurs font appelés aux artistes comédiens pour la conception de l’idée d’un spot publicitaire au lieu de faire recourt aux agences des communications dans lesquelles on trouve des personnes compétentes, professionnelles et qui ont beaucoup d’imaginations créatives, l’esprit d’innovation pour concevoir une bonne publicité. Nous demandons premièrement aux annonceurs dans le but de réaliser des bénéfices en écoulant leurs produits ou offrir leurs services, de bien vouloir travailler en collaboration avec des agences des communications professionnelles pour la conception et la réalisation de leurs publicités. Car tout communicologue compétent sait que parmi les méthodes des créations d’une publicité, il y a la méthode de copy-stratégie, ici on peut faire intervenir les stars grâce à leurs notoriétés pour promouvoir un produit. On peut appliquer soit la star-stratégie qui consiste à vedettiser le produit, elle met en avant les éléments suivants : - Le physique du produit ; - Les caractères On peut aussi faire intervenir la starisation, ici on invite une star pour promouvoir le produit. Deuxièmement nous demandons aux artistes comédiens de travailler en partenariat avec des experts en publicité c’est-à-dire, les prendre comme consultants lors de la conception et la réalisation des publicités comme des étudiants en communication.

    AMELIORATION
    c'est justement une question d'évoquer aussi la place qu'occupe la publicité théâtralisée ses conséquences ainsi que ses avantages

    AUTRES DETAILS
    2016-2017 Licence Lettre université de lubumbashi lubumbashi


    AUTEUR
    Kapemba Ngoie Enock

    REMERCIEMENT
    professeur ordinaire kasongo mwema , docteur corneil, ass didier mukaleng makal, ct serge Kabeya, prof Maurice kitoko, ct christian mwenze


    TOP 5 DANS LE DOMAINE


    sdf (Lettre) Par Alberto Luvo Alve 2017-2018
    922 Vu(s) 10 Critique(s)
    LA COUVERTURE MEDIATIQUE DU ROLE DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES (UE et UA) DANS LE PROCESSUS ELECTORAL DE DECEMBRE 2018 EN RDC PAR LES QUOTIDIENS L’AVENIR ET TEMPETE DES TROPIQUES. (Lettre) Par Mpiana Katomba Billy 2018-2019
    161 Vu(s) 0 Critique(s)
    Les enjeux de la communication interne dans une organisation cas du RESOJEC. (Lettre) Par Batubenga Kweto Léonard 2017-2018
    106 Vu(s) 0 Critique(s)
    De la crédibilité des médias traditionnels en période électorale (Cas de la Radio Télévision Manika) (Lettre) Par Kon Anny 2018-2019
    105 Vu(s) 1 Critique(s)
    Analyse sociopolitique des discours de trois principaux candidats aux élections présidentielles de 2018 en République Démocratique du Congo (Lettre) Par Tshala Gbabo Chancella 2018-2019
    104 Vu(s) 0 Critique(s)