Ce contenu est entièrement gratuit

Comprendre les groupes armées congolais : Du CNDP au m23 Évolution d’un mouvement armé dans l’Est.

Par Institut de la vallée du rift

Connectez-vous   pour obtenir le contenu
Bibliothèque Bibliothèque Publique
Domaine Droit
CatégorieArticle
Date de publication01 Jun 2022
Nombre de vues152
Autres DétailsPublié en 2012 par l’Institut de la Vallée du Rift
1 St Luke’s Mews, Londres W11 1DF, Royaume-Uni PO Box 30710 GPO, 0100 Nairobi, Kenya
le PRojet usalama
Le Projet Usalama de l’Institut de la Vallée du Rift fournit des éléments d’information sur les groupes armés de la République démocratique du Congo. Le Projet est soutenu par Humanity United et Open Square et mené en collaboration avec l’Université catholique de Bukavu.
l’InstItut de la Vallée du RIft (RVI)
L’Institut de la Vallée du Rift (www.riftvalley.net) œuvre en Afrique de l’Est et centrale afin d’accroître l’influence du savoir local sur le développement social, politique et économique.
l’auteuR
Jason Stearns, auteur de Dancing in the Glory of Monsters: The Collapse of the Congo and the Great War of Africa, a été Coordonnateur du Groupe d’experts des Nations Unies sur la RDC. Il est Directeur du Projet Usalama du RVI.
dIReCteuR eXéCutIf du RVI: John Ryle
dIReCteuR de PRoGRammes du RVI: Christopher Kidner
dIReCteuR du PRojet usalama du RVI: Jason Stearns
dIReCteuR adjoInt du PRojet usalma du RVI: Willy Mikenye
CHaRGé de PRojets GRands laCs du RVI: Michel Thill
RédaCteuR RVI du RaPPoRt: Fergus Nicoll
ConCePtIon du RaPPoRt: Lindsay Nash
tRaduCtIon fRanÇaIse: Catherine Dauvergne-Newman, horizons
CaRtes: Jillian Luff
ImPRessIon: Intype Libra Ltd., 3/4 Elm Grove Industrial Estate, London sW19 4He IsBn 978-1-907431-08-1
CouVeRtuRe: Des militaires du M23 en patrouille près de Mabenga, au Nord-Kivu (2012). Photographie de Phil Moore.
dRoIts: Copyright © The Rift Valley Institute 2012
Image de couverture © Phil Moore 2012
Texte et cartes publiés au titre de la licence Creative Commons Attribution- Noncommercial-No Derivative www.creativecommons.org/licenses/by/nc-nd/3.0. Ce rapport peut être téléchargé gratuitement sur le site www.riftvalley.net

Résumé
L’émergence de la rébellion du M23 dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) en avril 2012 a recentré l’attention internationale sur un conflit régional complexe. Bien que l’armée congolaise ait opposé une résistance, certes irrégulière, des militaires bien armés du M23 lui ont infligé plusieurs défaites humiliantes et tentent actuellement de former une large coalition avec d’autres groupes armés de la région. Cette crise pourrait déstabiliser l’est de la RDC, ainsi que le gouvernement de Kinshasa, et elle crée une dynamique sociale et politique qu’il sera difficile d’inverser.
Le M23 est le dernier d’une série de groupes armés apparus dans la région des Kivus ces dernières années, et c’est dans ce contexte historique qu’il nous faut l’envisager. Il se situe au cœur des forces locales et régionales, ayant été propulsé par la conjugaison puissante de plusieurs facteurs: intérêts des élites, faiblesse de l’État et conflits locaux. Et pourtant, il n’existe aucune stratégie politique, que ce soit à Kinshasa ou parmi les donateurs, permettant de s’attaquer de manière exhaustive aux causes profondes qui favorisent l’apparition de ce type de rébellions. Les travaux diplomatiques ont porté sur le rôle du pays voisin, le Rwanda, que le Groupe d’experts des Nations Unies et Human Rights Watch ont accusé de soutenir le M23 en lui fournissant des armes, de l’argent et du personnel.1 Résultat: plusieurs gouvernements ont suspendu leur aide à Kigali. Si un grand nombre d’intervenants, aussi bien dans la région qu’en dehors de celle-ci, ont le sentiment que le gouvernement rwandais mérite une telle réprobation, aucun plan d’action n’a été mis en œuvre pour canaliser les pressions internationales, et les relations entre Kigali, et Kinshasa se sont progressivement dégradées. Cette censure ne s’est donc pas traduite par des résultats tangibles.
Afin de définir la marche à suivre, toutes les parties doivent s’impliquer dans un processus politique devant mener à un compromis, non seulement dans le but de gérer la question du M23, mais aussi de travailler sur les causes profondes de la crise dans les Kivus. Le gouvernement rwandais, aujourd’hui considéré par beaucoup comme le principal responsable de la nouvelle rébellion, devra accepter l’affaiblissement, voire le démantèlement total des réseaux du M23 dans l’est de la RDC. Pour sa part, le gouvernement congolais devra s’attacher à reconstruire des relations communautaires très affectées, établir un dialogue en vue du rapatriement des réfugiés Tutsi congolais et accepter d’aider le Rwanda à venir à bout des dernières îlots abritant les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).
Il s’agit toutefois là de mesures purement palliatives, qu’il faudrait associer à un changement de comportement ainsi qu’à une modification des mesures d’incitation sur le long terme. Si la perspective de voir s’instaurer un appareil d’État fiable en RDC—armée, justice et exécutif politique responsable—est encore lointaine, seules des solutions alternatives à la création de violentes milices armées peuvent apaiser les peurs des communautés, garantir une sécurité fondamentale et protéger les biens des personnes. Le gouvernement de Kinshasa devrait être disposé à accepter des idées reposant notamment sur une décentralisation substantielle et durable, des projets économiques transfrontaliers légitimes, une réconciliation intercommunautaire au niveau local et l’octroi de garanties légales aux minorités.
Ce rapport, le premier d’une série consacrée aux factions belligérantes dans l’est de la RDC, a pour objectif de contribuer à l’élaboration de ces solutions en faisant la lumière sur les principaux acteurs du conflit et leurs intérêts. Comprendre le M23 et son prédécesseur direct, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), permettra d’expliquer pourquoi la violence persiste dans la région des Kivus malgré l’accord de paix conclu en 2002 qui a uni le pays et mis fin à une guerre aux effets ravageurs.

Commentaires (0)

Connectez-vous   pour commenter

Aucun commentaire pour l'instant

Contenus du même domaine